Actualités

LE MOT DE LA RENTREE

Par Herve Soares, publié le lundi 7 septembre 2020 22:13 - Mis à jour le mercredi 9 septembre 2020 08:03

Les coulisses de cette rentrée inédite

Madame, Monsieur, Chers parents, Chers élèves,

Faisant suite à une fin d’année scolaire inédite, entre confinement, reprise partielle et par alternance, c’est une rentrée inédite qu’il nous a fallu organiser. En effet, si le protocole sanitaire lié au Covid-19 a été largement assoupli, il a nécessité de revoir nos procédures d’accueil, de maintien des gestes barrière et de faire en sorte que le port du masque soit respecté de tous à défaut de ne pouvoir respecter la distanciation sociale. Paradoxalement, bien que conseillée, cette dernière n’est plus obligatoire dans les restaurations scolaires. Il eut été difficile de la tenir dans la mesure où elle limiterait la salle de restauration à 60 places alors que nous accueillons en deux services 520 collégiens demi-pensionnaires et une soixantaine d’écoliers. Les journées des élèves et des personnels sont aujourd’hui rythmées par un nettoyage régulier des mains, mesure principale des gestes barrières et par le port du masque. Cette deuxième mesure est certainement la plus difficile à appliquer et à faire appliquer. En effet, outre la sensation désagréable et la gêne que le masque procure, il rend sourd… Tant pour les élèves que pour les professeurs, le fait de ne pas voir les lèvres de leur interlocuteur les empêchent de se comprendre rendant alors plus difficiles les échanges et obligeant à forcer la voix. Cette difficulté est particulièrement prégnante pour la compréhension en langues vivantes. Il faut donc espérer que les élèves sauront se montrer moins bavards et faire preuve d’attention et que les enseignants ne seront pas rapidement aphones.

Cette rentrée 2020 est également inédite par le nombre de professeurs non encore nommés fin août, soit 10% de nos effectifs. Lorsqu’il s’agit de professeurs à temps plein, outre leur absence à gérer engendrant de nombreuses permanences, l’emploi du temps est prêt pour être mis en œuvre dès leur arrivée. Il en est tout autre quand il s’agit de postes partagés entre plusieurs établissements, surtout lorsque ce partage est différent de celui annoncé en juin par le Rectorat. Cela fut le cas dans deux disciplines, nous obligeant à remanier des emplois du temps anéantissant parfois toute la réflexion faite en amont. Pour information, une rentrée se prépare 9 mois à l’avance, l’élaboration des emplois du temps est l’aboutissement de ce travail préalable. Pour un établissement comme le nôtre, c’est environ trois semaines qui y sont consacrées par le principal-adjoint, en l’occurrence par M. SCHWEITZER. A ce propos, après trois années passées à ce poste de personnel de direction, ancien élève du collège, puis surveillant, M. SCHWEITZER a obtenu une mutation au lycée Alfred Mézières où il a été également élève. C’est donc au titre de proviseur-adjoint qu’il retrouve aujourd’hui les élèves de troisième dont il a accompagné la scolarité les années précédentes. Un chaleureux hommage lui a été rendu en fin d’année pour le remercier de son investissement, de sa rigueur et de son professionnalisme. Succède à son poste Mme LOUIS, arrivée en Lorraine pour découvrir le métier d’adjoint au chef d’établissement. Nous lui avons souhaité la bienvenue et une bonne installation dans la fonction. Autre arrivée, celle de Mme Gentilucci au secrétariat de direction qui assure le complément de service de Mme Gonthier à mi-temps cette année. Autres situations inédites, le gestionnaire de l’établissement, en arrêt depuis novembre 2019, n’est encore pas remplacé à cette rentrée et deux postes d’agent d’entretien et de restauration ne sont pas encore pourvus. Le retard accumulé par les services du Rectorat et du Conseil Départemental lors de la période de confinement apparait aujourd’hui au détriment des établissements, complexifiant cette reprise.  

Concernant la SEGPA, l’ouverture d’une classe supplémentaire de 5° fut un soulagement pour tous celles et ceux qui attendaient depuis l’an passé une place. Une salle supplémentaire fut installée fin août. Il ne manquait que l’enseignant nommé finalement deux jours après la rentrée, rejoignant trois autres collègues tout juste arrivés eux aussi. Tout est enfin rentré dans l’ordre.

Examinant les demandes des parents souhaitant un changement de classe pour leur enfant afin de leur permettre de retrouver un camarade ou d’en éviter un autre et considérant également celles des enseignants faites en fin d’année, il n’est guère possible de procéder à des changements de classe à la rentrée au risque de créer des désaccords ou des incompréhensions. A chaque élève de s’adapter de sa nouvelle situation et aux parents de se montrer compréhensifs face à cette impossibilité et persuasifs envers leurs enfants pour lesquels la vie ne leur laissera pas toujours le choix.

Comme les années précédentes, les emplois du temps restent provisoires durant au moins deux semaines afin de les tester sur les deux périodes (bleue et rouge), d’équilibrer les flux de demi-pension et d’attendre les nominations des professeurs manquants. Quelques ajustements pourront avoir lieu. A ce propos, des aménagements d’emplois du temps commencent à apparaitre. Ils sont visibles sur Pronote accessible dans l’Espace Numérique de Travail : MonBureauNumérique. Ils permettent aux parents et aux élèves de voir les modifications opérées et anticiper les éventuelles absences des professeurs pour arriver plus tard ou quitter plus tôt.

Les premières semaines de cette rentrée seront en partie consacrées à évaluer les connaissances des élèves dans le but de combler les principales lacunes après la fin d’année chaotique qu’ils ont connue. Un dispositif permettra d’accompagner les élèves les plus éloignés des attendus pédagogiques en créant des groupes de soutien encadrés par des professeurs des disciplines scientifiques ou littéraires selon les besoins des élèves les plus concernés.

D’autre part, pour rappel, car nous avons parfois des questionnements concernant la facturation de demi-pension : le Conseil Départemental de Meurthe et Moselle accompagne financièrement les familles en déterminant des tarifs progressifs, de 0,50 € à 5 € le repas, selon le quotient familial (coût réel d’un repas 7,60 €). Néanmoins, il est important de rappeler que la facturation est forfaitaire et trimestrielle, établie sur la base d’une année scolaire de 36 semaines de repas à laquelle est retiré le nombre de jours fériés selon le calcul et les consignes du Département. La notion de forfait correspond à une moyenne de repas servis et non à la multiplication stricto sensu du tarif du repas par le nombre de repas effectivement consommé par l’élève. Exemple : pour un forfait 1 jour, si durant le trimestre ce jour tombe un jour férié, le repas n’est pas décompté du forfait. D’autre part, les trimestres de facturation ne s’appuient pas sur les trimestres pédagogiques d’une année scolaire mais sur un découpage de l’année civile spécifique à chaque établissement.

Pour conclure, après l’installation (enfin) de lavabos dans les toilettes filles et garçons sous le préau, l’équipe mobile des agents du département rénove actuellement les trois cages d’escaliers du bâtiment « externat ». Des travaux qui certes, apportent quelques désagréments mais dont le résultat sera apprécié de tous, j’espère.

En souhaitant une bonne rentrée à tous nos élèves ainsi que de la patience et du courage pour le port du masque, je vous adresse mes sincères salutations.

Le Principal